Romans

Les soeurs Mitford enquêtent – tome 1

 

couv40861143

Merci aux éditions Le Masque et à Netgalley pour leur confiance.

Titre : Les soeurs Mitford enquêtent – tome 1 : L’assassin du train

Auteure : Jessica Fellowes

La quatrième de couverture :

1919. Louisa Cannon rêve d’échapper à sa vie misérable à Londres, mais surtout à son oncle, un homme dangereux. Par miracle, on lui propose un emploi de domestique au service de la famille Mitford qui vit à Asthall Manor, dans la campagne de l’Oxfordshire. Là, elle devient bonne d’enfants, chaperon et confidente des soeurs Mitford, en particulier de Nancy, l’aînée, une jeune fille pétillante à l’esprit romanesque. Mais voilà qu’un crime odieux est commis : une infirmière, Florence Nightingale Shore, est assassinée en plein jour à bord d’un train. Louisa et Nancy se retrouvent bientôt embarquées dans cette sombre affaire. S’inspirant d’un fait réel (le meurtre de Florence Nightingale Shore encore non élucidé à ce jour), ce roman captivant nous emmène dans l’Angleterre de l’entre-deux-guerres, des milieux défavorisés aux fastes de la High Society, à travers les déboires de Louisa, jeune servante d’origine modeste, et la soif d’aventure de Nancy, jeune aristocrate effrontée, toutes deux devenues complices et bien décidées à trouver l’assassin du train…

Mon avis :

Encore une chronique qui aura eu le temps de mûrir après ma lecture puisque j’ai terminé ce roman il y a presque deux semaines. Cela dit, ce n’est pas facile de trouver du temps pour écrire son avis sur un livre en plein déménagement, puis je préfère me laisser le temps de la réflexion avant de donner mon opinion alors c’était parfait.

Malgré tout, je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à démarrer réellement cette lecture, car l’auteure nous présente dès les premières pages la famille Mitford et sa vie après la Première Guerre Mondiale. Il faut donc prendre son temps pour s’y retrouver parmi les noms des nombreuses sœurs pour constater dès le début de sa lecture qu’il n’est plus question d’elles pendant un petit moment. A ce propos le titre est d’ailleurs peu évocateur du roman, puisque les sœurs Mitford au sens propre n’enquêtent sur rien du tout. Je m’attendais à des Miss Fisher, j’ai découvert que les sœurs en question ne sont rien de moins que des enfants au moment du récit. Seule l’aîné, Nancy, prend par à l’enquête. Et encore, c’est surtout leur jeune nurse que l’on suit.

Cette dernière se dénomme Louise et c’est autour d’elle que le récit se tisse. Même si le personnage a parfois un comportement incompréhensible que j’ai attribué aux mœurs de l’époque et à son jeune âge, j’ai apprécié suivre ses aventures, car elle sait se montrer forte et déterminée. Loin de passer son temps à se lamenter sur son sort, elle cherche des solutions et s’efforce de prendre avec recul les aléas de la vie. Pour ces raisons, elle se montre bien plus agréable et intéressante que Nancy Mitford qui se révèle inconséquente et égocentrique dans la majeure partie du récit. Heureusement, un changement dans sa vie et l’âge venant, le personnage évolue et devient plus intéressant à la fin du récit. Mais on ne peut pas parler des personnages du roman sans évoquer l’autre personnage principal : Guy. Ce jeune policier des chemins de fer plein d’entrain et d’ambition forme un superbe duo d’enquêteurs avec Louise. J’ai adoré suivre l’évolution de leur relation tout au long du récit, et cela m’a certainement tenu autant en haleine, si ce n’est plus que l’enquête elle-même.

En effet, cette dernière ne m’a pas autant emballée que j’aurai pu le penser, tout simplement car le premier chapitre en révèle trop. Même si Jessica Fellowes distille doute et insinuations tout au long de son roman, la résolution de l’enquête ne m’a pas vraiment surprise. Le roman n’en ai pas moins un page turner, puisque bonne lectrice j’étais impatiente de savoir si j’avais vu juste. Malgré cela, je suis un peu déçue par cette fin un peu trop fleurs bleues à mon goût. Cela reste une époque où les « grands » ne reconnaissaient pas facilement leurs tords, d’autant plus vers de « petites gens », j’ai donc du mal à me figurer que tout puisse se terminer aussi bien.

Néanmoins, il faut noter que pour le reste Miss Fellowes a fait un beau travail de reconstitution historique. Elle ne s’est ainsi pas contenté de baser son histoire sur un fait réel, mais elle a aussi pris soin de mettre en avant le contexte d’après-guerre en Angleterre et ce, à tous les niveaux de la société anglaise.

Une agréable reconstitution mêlant enquête policière et romance idéale pour la saison estivale.

Note : 3,25/5 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s