Albums

La véritable histoire de Simon, héros de la mer de Chine

couv23859596

Merci aux éditions Pierre de Taillac et à Babelio.

Titre : La véritable histoire de Simon, héros de la mer de Chine.

Auteur : Jean-Michel Derex

Illustrateur : Clément Masson

La quatrième de couverture :

Je n’étais qu’un pauvre chat affamé, errant sur les quais de Hong Kong, lorsqu’un jeune matelot anglais me trouva. Amusé par mon comportement taquin, il m’emporta sur son bateau. À mon arrivée, le commandant n’était pas d’accord pour me garder, mais il changea vite d’avis lorsqu’il me vit partir à la chasse aux rats qui peuplaient la coque. Un vrai terrain de jeu pour moi ! Je voguai dès lors sur le HMS Amethyst en compagnie de mes nouveaux amis, m’amusant à leur jouer quelques tours, et j’avais la belle vie. Jusqu’à ce que le bateau se fasse attaquer par des révolutionnaires chinois sur le fleuve Yang Tsé, et que nous devions lutter pour survivre.

Mon avis :

J’aime beaucoup l’idée de pouvoir aborder l’Histoire dès le plus jeune âge avec des albums à la fois distrayants et instructifs. La collection des éditions Pierre de Taillac à laquelle appartient cet album remplit bien ce rôle en jouant sur la fibre animale qui fait toujours le bonheur des plus jeunes.

Ici nous découvrons donc la révolution chinoise à travers les yeux d’un chat dénommé Simon et pour le moins coquin. Son aventure à bord de la frégate anglaise HMS Amethyst est l’occasion pour les jeunes lecteurs de se familiariser avec des noms exotiques et la période méconnue de l’après-guerre en Asie. Bien évidemment Simon n’est qu’un prétexte à ce récit, et il fait plus ou moins office de faire-valoir que de véritable héros, car soyons lucide, Simon est un chat. Néanmoins, l’auteur pense à le recentrer régulièrement au sein de son récit en rappelant au lecteur, les petites attentions félines de l’animal qui en tant de siège, ont pu réconforter les marins. Des attentions qui ont valu au jeune félin, qui a véritablement existé, d’être médaillé.

Clément Masson pense aussi à lui en ne manquant pas d’illustrer en double page ses péripéties auprès des marins. Ainsi, Simon est présent sur chaque illustration de l’album afin de rester toujours au centre du récit. Des illustrations, un peu old school, qui trouvent pourtant bien leur place dans un album à visée historique et qui sont mises en valeur par le grammage du papier dont on sent agréablement le grain sous les doigts.

Pour ne rien gâcher, l’éditeur a pensé à mettre à la fin de l’album plusieurs encarts avec d’une part les détails de l’histoire de l’HMS Amethyst, et d’autre part, ce qu’il est advenu de notre jeune héros après la guerre. Un dernier hommage mérité pour Simon.

Note : 3.25/5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s