Romans

Les talons rouges

couv15337429

Merci aux éditions Stock et à Babelio pour cette lecture instructive.

Titre : Les talons rouges

Auteur : Antoine de Baecque

La quatrième de couverture :

Juin 1789, l’Ancien Monde bascule. Les Villemort forment une longue lignée d’aristocrates, un clan soudé par l’idée ancestrale de leur sang pur, un sang dont précisément cette famille se délecte. Les Villemort, ces «  talons rouges  », sont aussi des vampires. Deux d’entre eux veulent renoncer au sang de la race pour se fondre dans la communauté des égaux. Ils sont les héros de ce roman oscillant entre le fantastique et le réel des journées révolutionnaires. Voici William, l’oncle revenu d’Amérique, qui a pris là-bas le goût de la liberté et épouse la cause des esclaves affranchis, s’entourant d’une garde couleur ébène. Voici Louis, le neveu exalté, beau, précipité dans l’action révolutionnaire, épris de Marie de Méricourt jusqu’à lui donner la vie éternelle. Comment échapper à la malédiction venue du fond des âges?

Mon avis :

Quand j’ai lu la quatrième de couverture de ce roman, je m’attendais à lire une fiction vampirique avec en fond la Révolution française. Force est de constater que finalement, c’est la Révolution française qui a le premier rôle dans ce roman. Les Villemort que je désirais passionnants deviennent alors de simple faire-valoir. Leur « vampirisme » réduit à une allégorie de la déchéance de l’aristocratie française dont certains ont désespérément tenté de s’émanciper avant d’être rattrapés par la violence de la Terreur.

Malgré tout, j’aurai pu me laisser emporter par ce roman, car elle est bien loin l’époque où on m’a enseigné la Révolution sur les bancs de l’école. J’ai toujours été beaucoup plus passionnée par l’Antiquité, mais en tant qu’adulte j’apprécie toujours de m’instruire et revisiter cette partie souvent survolée de l’Histoire de France n’était pas pour me déplaire. Malheureusement, il semble qu’Antoine de Baecque se soit perdu dans une hésitation entre fiction et documentaire.

En effet, le roman est très bien documenté et suit une chronologie pointilleuse entrecoupée de scènes de violences, restituant au plus près la folie révolutionnaire, et de scène de sexe aussi brutales dans leur description à la Sade. Cette alternance déroute quelque peu le lecteur. Si je comprends très bien l’intérêt des premières scènes dans le désir d’immerger le lecteur dans une vision moins édulcorée de la Révolution, les secondes m’ont carrément laissée perplexe. Je comprends la métaphore, le besoin d’opposer la vie à la mort, Louis  Villemort à Louis XVI ainsi que l’envie de montrer les moeurs de cette fin de XVIIIe siècle. Mais l’alternance entre les deux m’a fortement ennuyée, elle n’apporte rien au récit si ce n’est une cassure assez désagréable dans le déroulement de l’histoire.

Par ailleurs, si le livre est en effet bien documenté, il y a de quoi se perdre, l’auteur ne se contente pas de glisser les Villemort comme personnages fictionnels. Au final, si on n’est pas spécialiste, on ne sait plus ce qui s’est vraiment passé et ce qui relève de la fiction tout en ayant cependant la sensation de lire un documentaire plutôt qu’une fiction.

En conclusion, je n’ai pas réussi à savoir ce que l’auteur avait voulu restituer. On sent que c’est le premier roman fictionnel de l’auteur et que ce dernier a eu un peu de mal à se détacher de ses habitudes d’historien. À vrai dire, je pense que ce roman aurait pu être d’un tout autre niveau si l’auteur avait vraiment laissé la fiction l’emporter sur l’Histoire en poussant plus loin les métaphores et l’allégorie vampirique.

Note : 2,25/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s