Romans

La voix de la meute – tome 1

Titre : La voix de la meute – tome 1 : Les remplaçants

Auteur : Gaia Guasti

La quatrième de couverture :

Mila, Ludovic et Tristan sont amis d’enfance. Si chacun a suivi sa propre voie ils ont gardé le rituel
des retrouvailles à la Résurgence du loup pour fêter leurs anniversaires. Cette fin d’automne, ils sont agressés et mordus par quatre chiens sauvages. Passé le choc, ils se rendent compte que lors d’une grosse émotion ils se transforment en bête agressive. Ils sont devenus loups garous. Il leur faut maintenant comprendre et tenter de dominer cette transformation. Chacun à sa manière, les adolescents découvrent leur nouvelle nature, la sauvagerie qui les habite et qui les libère aussi parfois. C’est sans compter sur la présence d’une louve rousse habitée par un obscur instinct de vengeance et qui traque sans relâche les trois amis.

Mon avis :

Premier tome d’une trilogie, Les remplaçants est un très bon point de départ dont je ne compte plus les qualités.

Tout d’abord, ce tome se suffit à lui-même. On peut donc le lire indépendamment des autres sans subir un suspense intenable entre deux sorties. Pour autant, la fin laisse perplexe et ouvre de nombreuses possibilités pour la suite.

En effet, l’ambiance et les personnages sont suffisamment mystérieux pour interpeller le lecteur. Ce dernier hésite d’ailleurs entre fantastique, science-fiction et thriller tout au long de sa lecture, car l’histoire est menée avec beaucoup de réalisme : les interventions de la police, l’appui sur la culture régionale, le renvoie scolaire et l’impact sur les gens.

Tous ces ingrédients participent aussi au réalisme des personnages principaux dont les sentiments et la maturité évoluent au fil du récit. Chaque personnage possède sa propre histoire et son propre caractère. Ils sont bien construits, ont des réactions logiques et appropriées, ce qui favorise l’identification du lecteur.

Pour ne rien gâcher de tout cela, l’écriture de Gaia Guasti est fluide, favorisant l’action aux atermoiements. Et quoique l’auteur surfe sur la mode de la lycanthropie, elle a ajouté assez d’éléments réalistes (faits historiques notamment), pour que son récit ne soit pas relégué aux rends des multiples avatars du genre.

Note : 3.5/5

3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s