Romans

Bamba

  • Titre : Bamba
  • Auteure : Anne Loyer

Bamba, c’est le nom d’une chanson du 20e siècle, mais c’est surtout celui d’une adolescente du 21e, en colère contre la terre entière, à l’exception de ses deux meilleurs amis : Mozart, un jeune black surdoué des platines, et la Danse, sa passion et sa raison de vivre. Sur son chemin, elle croise Noah, un hasard beau comme un astre, qui lui laisse des regrets et un cadeau bien encombrant : Kylian, 3 kilos 650 et 52 centimètres à la naissance.

Mon avis :

Je poursuis ma découverte des écrits de Anne Loyer avec son dernier titre : Bamba. Un titre un peu moins engagé que Celle que je suis, mais dont l’une des thématique est aussi le droit des femmes à disposer de leur corps.

En effet, Bamba ce n’est pas que le titre du roman ou le titre d’une chanson. Bamba c’est le prénom d’une jeune fille de 17 ans qui croque la vie à pleine dents. Tant et si bien qu’après un coup de foudre aussi lumineux et rapide qu’un éclair, elle se retrouve enceinte. Mais pour elle, nul drame ne se joue. Cet enfant, Bamba le souhaite, le désire, l’imagine et l’aime déjà, et pour pouvoir le garder, elle va faire face la tête haute aux injonctions du monde qui l’entoure.

Anne Loyer aurait pu faire de son roman une épopée, un combat où la jeune femme se bat pour faire accepter son choix, elle n’en fait rien. Elle décide de raconter au contraire l’après. L’après accouchement, l’après centre d’accueil pour les jeunes mères, elle raconte le début de la nouvelle vie de Bamba et c’est ce choix particulier qui donne à ce récit tout son intérêt. Parce que loin d’écrire un roman sombre et effrayant où la maternité devient un calvaire, loin d’écrire un roman mielleux et guimauve où la maternité est un rêve éveillé, Anne Loyer raconte la vérité : les hauts, les bas, la fatigue, la peur, les ratés, la joie, l’amour… Ici, il n’est pas question de juger Bamba ou les jeunes filles, presque femmes, qui font le choix d’être mères, ni celles qui décident de ne pas l’être. Il est question de choix et de ce qu’il faut faire pour les assumer.

L’héroïne a fait le sien, elle a choisi le monde des adultes. Et pour l’accompagner dans ce changement, il y a des adultes grincheux ou tendres, mais lumineux et optimistes, qui vont l’aider à se relever à chaque fois qu’elle trébuche.

Un roman doux et tendre qui parle surtout de tolérance et d’ouverture d’esprit. Dommage que la couverture soit si « girly » et la quatrième si dramatique !

Mon ressenti : 3/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s