Romans

Cendres

  • Titre : Cendres
  • Auteure : Johanna Marines

Londres, 1888. Nathaniel et Luna vivent dans un quartier mal famé de l’East-End. Pour survivre, ils sont obligés de revendre les objets qu’ils ont volés. 

Au même moment, à Westminster, Agathe accepte de devenir la domestique de la famille Henwoorth. Leur destin va basculer le jour où Nathaniel va découvrir un cadavre. 

Agathe, une jeune femme plutôt naïve prête à tout pour payer les médicaments de sa mère malade. Celle-ci va être embauchée comme parurière chez les Henwoorth. Mais, rapidement, le fils ainé de la famille, Archibald, se montre étrange… Qu’attend-il vraiment d’elle ? Et si un tout autre destin l’attendait ?

Nathaniel Depford, un jeune homme de 27 ans, qui travaille comme allumeur de réverbères dans la vieille ville. Orphelin, il ne sait presque rien de ses origines. Mais, quand celle qu’il considère comme sa sœur, Luna, disparaît et que d’étranges cauchemars refont surface, son monde fragile vacille… Réussira-t-il à retrouver Luna avec l’aide de la police ? Ou devra-t-il faire chemin seul pour comprendre les forces obscures qui tirent les ficelles en coulisse ? Et si son passé le rattrapait ?

Mon avis :

Après ma lecture de Rouille que j’avais bien aimé, Cendres a un petit goût de déjà-vu : drogue, enlèvements, meurtres de prostituées. Bien sûr le récit n’est pas le même et a sa propre trame, mais les fils sont similaires. La première conséquence étant qu’on comprend trop vite pourquoi, quand et presque comment…

De plus, j’ai été très déçue pas la fin qui me semble un peu facile ou alors très inspirée (faut croire que je lis trop). Je n’ai pas compris pourquoi l’agent de police n’est pas mis au courant de ce qu’il se passe dès que l’information concernant les enlèvements est connue. J’ajouterai que le personnage qui s’en sort n’est vraiment, mais alors vraiment pas attachant, et que son détachement à la fin m’a laissé parfaitement froide concernant ma lecture.

En bref, un bon roman pour entrer dans le steampunk, mais à déconseiller aux publics avertis et au lecteurs de Rouille.

Mon ressenti : 3/5

Un autre avis : Les mots de Nanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s