Romans

La huitième vie (à Brilka)

cover101465-medium

Merci aux éditions Piranha et à Netgalley grâce auxquels j’ai pu découvrir cette majestueuse saga.

Titre : La huitième vie (pour Brilka)

Auteur : Nino Haratischwili

La quatrième de couverture :

Puissante saga familiale qui traverse l’Europe du XXe siècle, La Huitième Vie retrace l’histoire d’une famille géorgienne à travers six générations de femmes.En ce début de XXe siècle, en Géorgie, Stasia rêve d’une carrière de danseuse à Paris lorsqu’elle tombe amoureuse d’un brillant officier qu’elle épouse. Quelques années plus tard, fuyant les tourments de la révolution bolchévique, elle se refugie avec ses enfants chez sa sœur Christine à Tbilissi. Une belle harmonie semble s’installer jusqu’au jour où la beauté de Christine attire l’œil du sinistre Beria.
En ce début de XXIe siècle, Niza, l’arrière-petite fille de Stasia, s’est installé à Berlin pour fuir le poids d’un passé familial trop douloureux. Quand Brilka, sa jeune nièce, profite d’un voyage à l’Ouest pour fuguer, c’est à elle de la ramener au pays. À la recherche de son identité, elle entreprend d’écrire, pour elle et pour Brilka, l’histoire tragique de la famille Iachi.

Mon avis :

J’ai eu ce titre via Netgalley en janvier. Honte à moi, je n’avais pas encore eu le temps de le chroniquer. Il faut dire que cette lecture m’a pris un temps fou. Le résumé m’avait plu et j’étais très enthousiaste à l’idée de le lire jusqu’à ce que je le reçoive et que je réalise qu’il ne faisait pas moins de 960 pages ! Quand on est en pleines révisions pour le CAPES, qu’on a un travail à plein temps et une vie, pas facile à gérer !

D’autant que La huitième vie est un magnifique roman très détaillé et très riche. Une lecture chronophage donc, car le récit prend littéralement aux tripes, ce qui rend le texte assez dur émotionnellement. Ajoutez à cela, l’abondance de détails et l’écriture très élégante de l’auteur et au bout de 200 pages, je me suis fait la réflexion que le titre aurait pu être divisé en plusieurs tomes.

Néanmoins, j’ai littéralement adoré suivre le roman familial de la famille Iachi, chaque jour j’étais impatiente de découvrir la suite, de savoir ce qu’il allait arriver à tel ou tel personnage. Étonnement, je ne me suis attachée à aucun personnage plus qu’à un autre. Ils sont tous si exceptionnels et si bien construits que je me suis laissée emporter par chacun d’eux. J’ai ri, j’ai pleuré et j’ai tremblé pour toutes les héroïnes, je me suis identifiée à chacune, et j’ai espéré avec elles que le futur leur soit plus tendre.

Car le roman se déroule sur une très longue période : de la chute du dernier Tsar aux années 90. L’auteur ne survole pour autant aucun événement (d’où les 960 pages) parce que le destin de la famille Iachi est intrinsèquement lié à l’Histoire de la Géorgie et par extension à celui de la Russie. J’ai appris beaucoup à cette lecture tant sur les points de vues que sur les causes et les conséquences de la relation épineuse entre ces deux pays. Un éclairage intéressant au vu des événements de ces dernières années. Sans compter que j’ai trouvé très enrichissant d’avoir un point de vue oriental sur l’Histoire russe que je n’avais jusque-là eu l’occasion que de survoler.

J’ai passé les derniers mois à le conseiller de vive voix, je l’ai même prêté à des amis qui l’ont découvert avec autant de plaisir que moi, il était plus que temps que je puisse le conseiller à la toile ! J’espère que je vous aurais donné envie de vous plonger dans cette superbe saga familiale.

Note : 5/5

Publicités

2 réflexions au sujet de « La huitième vie (à Brilka) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s