Romans

Le masque d’Eurydice

unnamed

Titre : Le masque d’Eurydice

Auteur : Patrick Ferrer

La quatrième de couverture :

Elle avait disparu il y a bien des années. Il me disait qu’il avait oublié, que la balle qui avait perforé son crâne avait emporté ses souvenirs. Mais je savais qu’il me cachait quelque chose. Y avait qu’à voir toutes les cicatrices dont il refusait de parler. Ou la façon dont il vivait retiré du monde, hanté par de terribles secrets du temps où il travaillait pour les Renseignements. Avec pour seule compagnie la chienne abandonnée que j’étais.
Aussi, quand deux gars se sont pointés chez nous pour essayer de remuer le passé, j’ai compris qu’il se passait quelque chose. Que j’allais le perdre. Pour un fantôme, une femme dont il tentait désespérément de nier l’existence.
Mais je n’allais pas me laisser faire. Pas question de le voir me filer entre les doigts et détruire tout ce que nous avions construit ensemble. Et pour ça, j’allais devoir l’aider à démêler l’écheveau de ses souvenirs. Aussi terribles qu’ils soient. 


« Poupée, tu vois une jetée de bois pourrie, rongée par la moisissure et l’humidité, et tu te demandes si elle supportera ton poids. Tu as envie de poser le pied dessus, c’est normal. Mais crois-moi, au bout de la jetée, si tu y parviens, tout ce que tu trouveras, ce sont les cadavres boursouflés de ceux qui t’ont précédé, flottant parmi les algues. Parce que c’est tout ce qu’il y a, au bout de cette foutue jetée. »

Mon avis :

Merci beaucoup à Patrick Ferrer pour ce service presse. 

J’ai découvert Patrick Ferrer avec Les glaneuses de temps, un recueil de nouvelles que j’avais beaucoup apprécié. J’avais donc très envie de voir ce que son style pouvait donner dans un thriller.

Avec surprise, j’ai donc découvert son écriture sous un style totalement différent ! Là où Les glaneuses de temps étaient poétiques, voire oniriques, Le masque d’Eurydice est rude et cru. Tout un monde les sépare et j’ai donc été assez déroutée par ce changement radical. Néanmoins, l’auteur avait su me séduire auparavant alors j’ai poussé ma lecture et fait fi de mes premiers étonnements.

Le masque d’Eurydice n’est clairement pas un roman que je pourrais situer dans ma zone de confort. Ce n’est ni mon genre de prédilection, ni le style que j’affectionne le plus, pourtant l’auteur a réussi à me captiver jusqu’au dénouement final, et pour cela je lui lève mon chapeau.

En effet, l’histoire est très prenante ; mystère et mensonges s’y côtoient et il devient rapidement difficile de démêler le vrai du faux, de situer les événements. Une ambiance qui porte le lecteur au plus près des personnages qui semblent tout aussi paumés que lui au fil des pages. Malgré tout, on parvient à s’attacher à ces deux créatures qui donnent plus l’impression d’errer que de vivre, mais chez lesquels on sent pourtant beaucoup d’amour et de tendresse.

Difficile de parler beaucoup de ce titre sans risquer de trop en dévoiler dans la mesure où toute l’histoire est portée par le sceau du secret. Un secret que le lecteur reconstruit pièce par pièce avec minutie afin de voir le tableau final se dévoiler sous ses yeux et lui serrer le coeur.

Note : 3.25/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s