...Cinématographique

The Imitation Game

Titre : The imitation game

Réalisateur : Morten Tyldum

Scénariste : Graham Moore

Compositeur : Alexandre Desplat

Acteurs principaux : Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, Charles Dance, Allen Leech.

Synopsis : 

Le destin tragique du célèbre mathématicien et père de l’informatique Alan Turing, qui aida à percer le code de l’outil de communication des Allemands durant la Seconde Guerre mondiale : la machine Enigma…

Mon avis :

The Imitation Game est l’adaptation du roman de Andrew Hodges : Alan Turing ou l’énigme de l’intelligence. Je n’ai jamais eu l’occasion de lire ce livre, par contre, j’avais déjà vaguement entendu parler de Alan Turing. Une honte quand on considère la portée de ses actes durant la Seconde Guerre mondiale !

N’étant pas une grande fan de la période en question, j’ai failli passer à côté de ce film. Heureusement (ou pas), je fais partie des personnes qui vont voir 8 fois sur 10 un film pour ses acteurs. Je sais que cela peut sembler hérétique, mais je fais confiance aux acteurs que j’apprécie pour choisir des scénarios qui valent le détour et pour leur donner le meilleur d’eux même. C’est comme cela que je fais très souvent de superbes découvertes. The Imitation Game est l’une de celles-ci.

Cela tient surtout au fantastique jeu d’acteur de Benedict Cumberbatch. Je l’avais surtout vu et entendu dans des rôles de méchants (Star Trek, Le Hobbit etc.), alors ça a vraiment été un véritable choc de le voir dans un rôle complètement opposé. En effet, Alan Turing est autiste. Il ne comprend pas vraiment les conventions sociales, les jeux de mots du langage courant et il fait de véritables efforts pour s’intégrer à un groupe et le comprendre. Cette difficulté à mettre des mots sur ce qu’il ressent provoque un bégaiement et un sentiment d’impuissance qui le pousse souvent au bord des larmes. C’est vraiment un personnage en souffrance et je ne m’attendais pas du tout à ce que Benedict puisse lui donner une telle profondeur sans pour autant le tourner en ridicule. Il s’est vraiment approprié le rôle pour rendre hommage à Alan Turing est rien que pour cela, le film vaut le détour. Bien sûr, les autres acteurs ne sont pas en reste, mais leur performance est bien pâle comparée à celle de Cumberbatch. Dieu sait pourtant que j’adore Keira Knightley ! Mais, je dois avouer qu’elle s’efface totalement au profit du rôle principal. Quant à Charles Dance et Allen Leech, il faut avouer que leurs rôles ne leur donnent pas la possibilité de se démarquer de ce qu’on connaît déjà d’eux. Honnêtement, le commandant Denniston se serait appelé Tywin Lannister (Game of Throne) que ça n’aurait pas changé grand-chose… Idem pour John Cairncross : mais que fait Tom Branson (Downton Abbey) ici ? Au final, c’est donc vraiment M. Cumberbatch qui porte le film a lui tout seul, il méritait donc bien son oscar !

En même temps, il est au centre du scénario, ce qui se comprend puisqu’il en est le sujet principal. Afin de nous permettre de cerner Alan Turing en un minimum de temps, Graham Moore a choisi une mise en scène en trois temporalités. Cela donne une certaine fluidité au film et simplifie grandement la réflexion du spectateur. En effet, certaines réactions de Turing s’expliquent par son passé, on glisse donc un petit flashback ici et poum! tout coule de source. Si le procédé est un peu simpliste, il a cela d’efficace que le spectateur peut se concentrer sur l’émotion plutôt que sur la réflexion. J’avoue en avoir été un peu déçue avant de me rappeler que j’avais à faire à un film grand public et qu’il fallait donc forcément que j’en paie les conséquences.

La réalisation ne déroge d’ailleurs pas à cette règle. Rien de particulièrement bluffant : c’est simple et carré, je dirais presque scolaire, mais n’ayant pas étudié les métiers du cinéma, je ne m’avancerai pas trop. Par contre, je n’ai pas accroché à la mise en scène des attaques aériennes avec cet objectif un peu bizarre. Je ne comprends pas vraiment quel était le but…

Je n’ai pas non plus été séduite par la bande-son. Moi qui suis pourtant une grande amatrice de BO, je suis passée totalement à côté de celle-là, car je n’en garde pas le moindre souvenir ! Pas la moindre sérénade à fredonner alors que d’habitude, elles me restent en tête des jours entiers !

Au final, j’ai quand même passé un bon moment cinématographique, j’y ai laissé quelques larmes et j’ai terminé la gorge toute nouée, mais je me suis couchée moins bête avec, néanmoins, le sentiment qu’on nous cache encore beaucoup de choses.

Note : 3.5/5

Publicités

5 réflexions au sujet de « The Imitation Game »

  1. Je ne trouve pas ça si hérétique de choisir d’aller voir un film pour ses acteurs, certains se débrouiller toujours pour être dans des films géniaux ^^ ! Et c’est un cercle vertueux en plus 😉
    Je ne savais pas qu’il jouait dans le Hobbit 😱

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s