Essai

Atlas des contrées rêvées

Titre : Atlas des contrées rêvées

Auteur : Dominique Lanni

Illustratrice : Karin Doering-Froger

La quatrième de couverture :

Pays des Amazones, royaume du prêtre Jean, terre de Barbarie… Racontées, fantasmées, recherchées à travers le globe en des temps plus ou moins reculés, les contrées rêvées des voyageurs ont longtemps hanté les songes et les récits des grands voyageurs.
Ces terres nimbées d’une aura mystérieuse, entourées de légendes ou totalement mythiques, prennent aussi bien la forme de continents : le Gondwana, l’Atlantide ou Mû… d’îles comme celle de Cythère, de pays telle la Colchide où repose la Toison d’or, sans oublier les royaumes comme celui des Cimmériens que l’on dit ténébreux….
Cet Atlas invite à une exploration de ces contrées rêvées, dans le compagnonnage des grands explorateurs du XVIe siècle mais aussi des poètes, polygraphes et érudits, de tous les temps.

Mon avis :

Un très grand merci aux éditions Arthaud et à Babelio qui m’ont offert ce livre à travers une Masse critique. Je ne connaissais pas du tout cette collection, mais c’est désormais avec grand plaisir que je découvrirai les autres tomes.

L’Atlas des contrées rêvées est sans aucun doute un beau livre. L’ouvrage possède un dos toilé noir et une couverture cartonnée orange qui lui donne à la fois un côté classieux et moderne. A l’intérieur, on découvre un papier de jolie qualité quoiqu’un peu transparent sans que cela gène le moins du monde la lecture. De larges marges achèvent ce rendu classique qui convient parfaitement à un Atlas.

Les cartes de Karin Doering-Froger ne dérogent pas au style de l’ouvrage. Très soignées, elles possèdent un petit côté désuet qui convient parfaitement aux thèmes abordés et qui rappelle avec charme les cartes de l’Antiquité et du Moyen-âge. Deux petits bémols cependant : tout d’abord, je regrette le choix de l’illustratrice d’un trait assez épais pour faire les contours des continents. Cela rend parfois la carte illisible lorsqu’on a à faire à des amas de petites îles par exemple. Ensuite, je trouve un peu dommage l’absence d’une petite mappemonde dans le coin des cartes qui permettrait de repérer assez précisément où se trouve la carte exposée.

Dominique Lanni à quant à lui fait un véritable travail de recherche autour de chaque contrée explorée et imaginée par nos ancêtres. Pas toujours facile, car la lecture de ses recherches prouve à quel point nos aïeuls étaient approximatifs tant sur la vérité, que sur les noms ou les lieux ; dire qu’il y en a qui ont pensé avoir trouvé les Indes en Afrique… Autant l’idée de Christophe Colomb tenait la route, autant là… Il cite d’ailleurs plusieurs explorateurs, cartographes ou missionnaires pour émailler ses propos et donner un aperçu de leur vision contemporaine. Néanmoins, son style est un peu rigide et peut lasser à la longue, sans compter quelques anecdotes, notamment au sujet de Marco Polo, reviennent plusieurs fois.

Pour savourer pleinement ma lecture, j’ai donc lu quelques articles par-ci, par-là, comme on lit un magazine. 😉

Note : 4/5

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Atlas des contrées rêvées »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s