Romans

Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon

Titre : Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon

Auteur : Hervé Giraud

La quatrième de couverture :

Le soldat Botillon part à la guerre de 14 et se retrouve au front sans rien comprendre de ce qui lui arrive, soldat de base sous le feu de l’ennemi. L’histoire du soldat Botillon alterne d’un chapitre à l’autre avec le récit d’une réunion de famille à notre époque, pour fêter les cent ans de l’arrière-grand-mère, la fille du soldat Botillon qui n’a jamais connu son père disparu lors des combats. La quatrième génération joue à la guerre dans le jardin et ces batailles contrastent joyeusement avec le récit du soldat Botillon.

Mon avis :

Ce court roman sur la Première Guerre mondiale est construit à la fois sur une alternance passé-présent, et sur l’alternance entre deux points de vue. D’une part, celui du soldat Botillon, d’autres parts, celui d’un de ses descendants qui renoue progressivement avec son passé à l’occasion d’une réunion familiale.

La première perspective offre une opinion intéressante sur la Première Guerre mondiale et sur la façon dont elle a été vécue par les soldats. Le soldat Botillon lance d’ailleurs ici et là quelques phrases bien senties concernant la façon dont cette guerre a été menée. L’originalité du titre réside dans son prolongement. En effet, là où les autres romans s’arrêtent une fois la guerre terminée, celui-ci continue pour raconter la vie d’après-guerre de notre soldat peu épargné par la vie. Un angle intéressant pour faire découvrir aux adolescents comment les soldats ont vécu le retour à la vie civile, notamment quand ils avaient été blessés au combat.

La seconde perspective est celle d’un très jeune garçon, probablement au tout début de son adolescence. Ce dernier traîne des pieds à l’idée de devoir participer à un énième repas de famille en l’honneur de son arrière-grand-mère. Pourtant, quand elle se saisit de sa main pour le retenir auprès d’elle et lui raconter une histoire ayant pour base une photographie, le jeune garçon est partagé entre l’ennui et l’envie de savoir. L’ennui, car il préférerait retourné jouer à la guerre avec sa soeur jumelle, et l’envie de savoir, car au fond de lui il sent que c’est une partie de son histoire qui se joue là.

Par le biais d’un jeu d’enfants et de confidences intergénérationnelles, l’auteur lie les deux époques afin de rejouer une tragédie vieille de plusieurs décennies. J’ai été prise au dépourvu par la fin de cette histoire très réaliste et bien écrite que je recommande sans hésiter aux jeunes lecteurs.

Note : 4/5

4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s