Romans

La Voie des Oracles – tome 1

Titre : La Voie des Oracles – tome 1 : Thya

Auteur : Estelle Faye

Illustrateur : Aurélien Police

Ma quatrième de couverture :

Dans la Gaule du Ve siècle, le monde est en train de changer : peu à peu Rome perd son influence et abandonne l’idée de maintenir les frontières de l’Empire pour se replier sur elle-même. Parallèlement, le Christiannisme étend sa domination pourchassant avec violence les derniers partisans des croyances païennes.

C’est à cette époque tourmentée qu’est née Thya, jeune devineresse, dont les pouvoirs sont désormais synonymes de mort terrible si elle est découverte. C’est la raison pour laquelle son père, célèbre général romain, l’a éloigné des complots et de la capitale de l’Empire. Mais que faire quand ce dernier est victime d’une attaque douteuse et votre dernier rempart contre le pire est un frère qui vous méprise ?

Thya n’a plus le choix, si elle veut sauver son père et trouver son chemin dans ce monde en mouvement, elle doit partir. Puisse les anciens dieux la protéger…

Mon avis :

Un énorme Merci aux éditions Scrinéo et à Livraddict qui m’ont permis de découvrir ce titre sublime par le biais d’un partenariat.

Ce titre est un véritable coup de coeur. Cela faisait un moment que je n’en avais pas eu et cela le rend donc encore plus particulier. Je suis très impatiente d’avoir en main le tome 2, même si je sais que la sortie n’est bien évidemment pas prévue pour tout de suite !

Mon enthousiasme s’explique facilement rassurez-vous. Ce livre regroupe juste tous les ingrédients nécessaires au bonheur des lecteurs.

Tout d’abord, l’écriture de Estelle Faye est très agréable et adaptée au discours de l’héroïne qui appartient tout de même à l’aristocratie romaine. L’auteur nous livre donc un livre au vocabulaire riche et percutant qui ne sombre pas dans le travers de beaucoup de livres jeunesse qui ne se contentent que d’une centaine de mots. Elle en profite même pour glisser ça et là quelques mots latins pour mettre encore plus le lecteur dans l’ambiance. Seul petit bémol, pas d’index pour ces mots-là. Je n’en ai pas pour autant éprouvé de difficultés ayant suffisamment de connaissances en latin pour comprendre, mais je pense qu’une petite note pour les jeunes lecteurs ne ferait pas de mal.

Cela ajoute tout de même une plus-value sachant que le livre est un mélange de plusieurs genres. J’ai été agréablement surprise de voir que ces derniers se mêlent très bien et qu’aucun n’est mis en avant plus que l’autre. En effet, la Fantasy et la Mythologie se marient bien, mais quand l’Histoire s’ajoute, j’ai souvent peur que les auteurs prennent quelques libertés avec les mythes ou les événements historiques. Heureusement, ma crainte m’a rapidement quittée quand j’ai vu à quel point l’équilibre était ici parfaitement respecté. J’ajouterai même que j’ai été ravie de voir l’auteur utilise des divinités généralement peu exploitées par la littérature actuelle.

Les personnages sont, à mon grand plaisir, en relief. J’entends par-là qu’ils ne sont ni caricaturaux, ni simples, même si j’aurais aimé que quelques personnages secondaires soient plus développés, notamment Mettius, mais bon cela c’est la faute du livre qui est trop court. J’ai apprécié en apprendre plus sur chacun d’entre eux et voir leur personnalité se développer. D’autant que je n’en ai trouvé aucun, pas même le méchant, qui soit détestable ! Ils poursuivent tous des buts particuliers et ils s’efforcent d’être fidèles à eux-mêmes, comme de véritables personnes. Bien sûr, il y a quelques facilités, notamment au niveau de l’idylle, mais en même temps c’est un livre jeunesse et ce sont des adolescents alors je le pardonne. 😉

Le petit plus de cette saga qui j’espère ne se perdra pas en route, c’est la façon dont les fils de l’histoire sont traités. Je m’explique : il y a une certaine part de mystère dans le passé des personnages et dans les buts qu’ils poursuivent, mais, en même temps, Estelle Faye ne se perd pas et, surtout, ne nous perd pas dans un méli-mélo de fils à suivre dont aucun ne trouve de réponse avant la fin du tome. En effet, si les fils principaux ne sont bien évidemment pas démêlés à la fin de ce premier tome, d’autres se recoupent et fournissent un début de réponse, voire la réponse, tout court, à d’autres questions que le lecteur s’est posées.

Mes derniers mots sont pour Aurélien Police qui signe ici une couverture magnifique à la fois sombre et mystérieuse. L’absence de fioritures et le soin porté au détail ont tout de suite attiré mon attention. Avant même d’avoir lu la quatrième, je suis restée figée devant le dessin au dos. Moi qui n’aime pas me laisser appâter par les belles couvertures, j’ai été happée.

Note : 5/5

5

 

un-genre-par-mois

Logo Livraddict

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s