Romans

Jane Eyre

Titre : Jane Eyre

Auteur : Charlotte Brönté

Traducteur : Sylvie Monod

Ma quatrième de couverture :

Orpheline, la petite Jane est recueillie alors qu’elle n’est qu’un bébé par son oncle, une noble britannique, mais rapidement celui-ci décède la laissant aux bons soins de son épouse qui ne peu souffrir cette enfant qui n’est pas de son sang. Torturée par ses cousins et sa tante, la petite fille parvient néanmoins à obtenir qu’on la place dans un pensionnat pour jeunes filles. C’est à partir de ce moment, que la véritable histoire de Jane Eyre peut commencer…

Mon avis :

Si j’ai beaucoup entendu parler de Jane Eyre, je ne l’avais pourtant jamais lu, ni même vu, mais récemment le livre m’a été offert et je me suis dit : pourquoi pas ?

Le résultat de cette réflexion est plutôt bon. J’ai passé un moment très agréable et entre deux moments de lecture j’étais toujours très impatiente de lire la suite. De temps en temps, une lecture « sentimentale » ne fait pas de mal. D’autant que le titre n’est pas très fleurs bleues.

Il faut dire que l’héroïne, quoiqu’un peu candide de par son éducation, n’est pas non plus la dernière des crétines et qu’elle ne rejette pas violemment les conseils censés quand elle en reçoit. Malgré le fait que l’héroïne soit le seul personnage principal du récit, les personnages secondaires n’en restent pas moins développés et réalistes quelque sot leurs défauts. Cela fait partie des qualités principales de ce roman, car ne vous leurrez pas, ce n’est pas pour le suspens qu’on lit Jane Eyre.

En effet, dès que le récit fournit les premiers éléments du scénario, le lecteur se fait déjà une petite idée de la fin. Mais tout le charme du récit se trouve là : on sait déjà la fin, mais on ne connaît pas le cheminement. L’intrigue est assez tortueuse et contient quelques éléments fantastiques qui déroutent un peu le lecteur. Le tout remplace avec brio, l’élément suspense de l’histoire.

L’ambiance victorienne sert parfaitement le récit, ou c’est juste que c’est une de mes époques préférées, allez savoir… Je n’imagine tout de même pas ce récit transposé à une autre époque ou dans un autre pays que l’Angleterre… Ce serait trop peu réaliste. Puis cela nuirait aux dialogues, car Charlotte Brönté a une écriture merveilleuse, distinguée et efficace, une écriture qu’on ne peut qu’aimer.

Bref, lisez-le !

Note : 4/5

4

 

 

BBC_Challenge

classiquebadge

Publicités

3 réflexions au sujet de « Jane Eyre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s