Romans

172 heures sur la Lune

Titre : 172 heures sur la Lune

Auteur : Johan Harstad

Traducteur : Jean-Baptiste Coursaud

Ma quatrième de couverture :

Afin de relancer les investisseurs pour la recherche spatiale, le gouvernement américain décide de promouvoir la dernière mission en date pour la Lune, en y invitant trois adolescents, toutes nationalités confondues. Une grande loterie doit décider des trois heureux gagnants qui auront la chance d’effectuer ce voyage auquel des astronautes chevronnés rêvent toute leur vie. Mais rapidement, des événements étranges se produisent autour des trois élus qui laissent présager des prétextes plus sombres à leur départ…

Mon avis :

J’ai, à nouveau, misé sur un livre un peu trop jeunesse pour moi… Le résumé était pourtant très accrocheur et promettait un joli suspense dans une ambiance angoissante à souhait.

Seulement, je n’ai accroché ni à l’écriture de l’auteur, ni aux personnages, ni à l’ambiance, ni à la construction du scénario. À rien en fait. Cette lecture jeunesse supposée être pour moi une lecture agréable sans trop de torture mentale, s’est transformée en torture psychologique où je me posais sans cesse la question : « est-ce que je me permets de sauter ce passage ? Ce chapitre ? et si je passais directement à la seconde partie ? ».

Je m’explique : l’écriture de l’auteur n’est pas désagréable en soi. C’est fluide, clair, parfait pour de la littérature jeunesse et pour de la littérature en général, mais il lui manque ce petit quelque chose qui fait qu’on adore un auteur ou pire qu’on le déteste. Jusque-là, ce n’est pas trop grave, mais la première partie est trop longue. Je ne suis pas sûre qu’il ait été nécessaire de s’attarder autant sur l’avant. J’aurai préféré que l’histoire se centre plus sur la seconde partie qui est tout de même le centre de l’histoire.

En effet, les personnages ne sont pas très intéressants et manquent, selon moi, de profondeur. Cela se ressent encore plus sur les trois adolescents qui ne sont rien de plus, rien de moins que les personnages principaux ! Midori, la jeune japonaise, est même carrément reléguée au second plan. Je ne peux même pas dire qu’elle sert de faire-valoir à l’autre héroïne, Mia, car j’ai plus l’impression que l’auteur s’est demandé à quoi elle lui servait finalement… Concernant, les personnages secondaires, je vous laisse imaginer que si les personnages principaux sont plats, de leur côté l’assiette est creuse. Le seul personnage un tant soit peu intéressant est un vieil homme dans une maison de retraite dont je ne vous parlerais pas plus, par risque de vous spoiler.

De plus, le scénario, qui a une base intéressante, est plombé par les longueurs et la mauvaise utilisation des personnages supposés le faire évoluer. La première partie, trop longue, ennuie le lecteur, la seconde, trop courte, le laisse sur sa faim et donne l’impression d’avoir été faite à la va-vite alors que je suis sûre que ce n’est pas le cas. J’ajouterai que l’intrigue présente quelques défaillances : premièrement, sur les millions de candidats, il a fallu que les trois sélectionnés, il n’y en ait pas un seul qui se soit vraiment inscrit par passion pour l’astronomie. C’est vraiment un manque de chance pour les astronautes en herbes, dites donc ! Deuxièmement, que les enfants n’est pas vraiment su où ils mettaient leurs pieds (ça se comprend, vous me direz, y’en avait pas un seul qui s’intéressait à la Lune avant la loterie…), d’accord, mais les astronautes expérimentés ? Ces grands scientifiques n’ont rien vu venir ? Mouais…

Encore une fois, j’ai envie de dire : d’accord c’est un livre jeunesse, mais par pitié arrêtez un peu de prendre nos enfants pour des billes ! Selon le site d’Albin Michel, c’est du 13 ans et plus. Personnellement, j’abaisserais la base à 10 ans et plus. Parce qu’à cet âge-là, on ne pense pas aux statistiques et on se dit que si les adultes n’ont rien vu venir, c’est parce que c’était vraiment mystérieux. À 13 ans et plus, on commence peut-être à se dire que les adultes de l’histoire sont de bons vieux crétins.

Note : 1/5

1

 

 

un-genre-par-mois

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s