Bandes dessinées·Manga

Le Grimoire Pourpre ~Countès~

Titre : Le Grimoire Pourpre ~Countès~

Auteur : Michaël Bettinelli

Résumé :

Manon et Jean sont les descendants de la grande lignée des Aymon. Ils doivent cependant se garder de le crier sur tous les toits. La nuit de leur quinzième anniversaire, la raison de cette discrétion leur est dévoilée : depuis Charlemagne, leur famille a la tâche de protéger le « Grimoire Pourpre » des mains du Diable.

Mon avis :

Ce livre traîne dans ma PAL depuis la foire de Brive 2011 ! J’avais en effet déménagé temporairement pour mon stage juste après son acquisition et durant tout le temps qu’il a duré, ce livre et tous ceux de ma PAL du moment sont restés dans un carton. Depuis, j’ai retrouvé le carton en question et je me suis fait un devoir de lire ce livre qui m’avait tant intriguée sur le stand des Ardents Éditeurs.

En effet, le Grimoire Pourpre se situe entre la bande dessinée et le manga au niveau du format et du découpage  des cases. Tout comme dans la bande dessinée, il n’y a pas d’onomatopées, de textes hors bulles ou SD, mais comme le manga, il est en noir et blanc.

Le fait qu’on se trouve du 100% français m’a aussi attirée. Après tout, je reste une fan de Dreamland de Reno Lemaire qui se déroule à Montpellier. Alors quand l’auteur m’a gentiment expliqué que l’histoire se déroulait à Limoges et se basait sur nos bonnes vieilles légendes, je n’ai pas hésité trop longtemps ! Sans compter que j’ai eu une jolie dédicace en prime. 🙂

De son côté, le livre souffre de quelques maladresses tant au niveau du dessin que du traitement des textes. Ces derniers sont parfois trop près des bords de la bulle et les textes murmurés sont dans des bulles en pointillés pas très esthétiques. Au début, j’ai même cru à un défaut d’impression ! Il aurait pourtant suffi de passer les textes en bas de caisse. Néanmoins, j’ai rapidement fait l’impasse sur ces quelques détails, car c’est la première oeuvre de Michaël Bettinelli et la première « bande dessinée » des Ardents Éditeurs si je ne m’abuse. Je pense donc que comme celui de tous les jeunes dessinateurs, le trait de Michaël Bettinelli va se perfectionner avec l’expérience.

Du point de vue de l’histoire, j’ai trouvé l’idée de faire revivre les légendes à travers la quête de deux adolescents qui doivent « les remémorer » très intéressante et poétique. Seul petit bémol, je n’ai pas réussi à déterminer si c’était une volonté de l’auteur de rendre son Diable si peu terrifiant ou si c’était le premier volume/l’histoire en général qui n’avait pas vocation a être trop sombre…

Quoi qu’il en soit, ce titre fut une jolie invitation au voyage dans le merveilleux, mais je reconnais que sans être déçue de cet achat, j’hésite à acheter la suite. Je pense que dès que j’en aurai la possibilité, je feuilletterai le deuxième tome pour voir si les petits défauts qui m’ont dérangé sont encore présents ou pas. Pour ceux, qui contrairement à moi, n’aime pas les histoires trop sombres, ce tome peut être très intéressant donc si vous avez l’occasion d’en faire l’acquisition ne vous en privez pas. C’est quand même plaisant de reconnaître les décors dans une fiction. 😉

Bannière Challenge ABC 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s