...Cinématographique

St Trinian’s I et II

Une chronique un peu spéciale aujourd’hui, car c’est celle de deux opus en même temps. Je trouve, en effet, plus intéressant de les rassembler sur le même article dans la mesure où ils sont fidèles l’un à l’autre et que mon avis concerne l’ensemble.

Titre I : St Trinian’s – Pensionnat de jeunes filles.

Titre II : St Trinian’s – The legend of Fritton’s gold.

Réalisateurs : Olivier Parker, Barnaby Thompson.

Acteurs : Rupert Everett, Colin Firth, Talulah Riley, Gemma Arteton, David Tennant…

Résumé : 

Pensionnat pour jeunes filles, St Trinian est très réputé pour… l’anarchie qui y règne ! Les étudiantes n’y subissent aucune surveillance ou restriction hormis celles qu’elles s’imposent entre elles.

Dans le premier opus, le pensionnat, endetté, doit fermer. Le gouvernement, incarné par Colin Firth, a d’ailleurs bien l’intention de travailler en ce sens afin de faire de la fermeture de St Trinian un exemple de redressement du système éducatif. Mais cela est sans compter sur l’esprit rebelle des pensionnaires, révulsées à l’idée de devoir intégrer des établissements « normaux ».

Dans le second opus, les filles sont confrontées au descendant d’un « terrible » pirate, qui a la ferme intention de récupérer un trésor volé par l’ancêtre des Frittons dont la directrice Camilla (Ruper Everett) et la présidente des élèves (Talulah Riley) sont les descendantes. Aussi misogyne que son aïeul, Mr Pomfrey (David Tennant) ne va pas être tendre avec les jeunes filles. Mais qu’on se rassure : elles non plus !

Mon avis :

Souvent épinglés comme « trop poussif », les deux opus sont pourtant très amusants. À savoir que le label St Trinian’s est synonyme de loufoque et déjanté. Les films sont bourrés de références filmographiques et historiques en tout genre.

Les filles sont complètement dingues et c’est pour ça qu’on les aime. Elles représentent tous les styles possibles et ne tombent jamais trop profondément dans la caricature. Une mention spéciale aux jumelles Tania (Cloe Mackie) et Tara (Holly Mackie) qui sont vraiment géniales ! L’ambiance, quant à elle, reste aussi décalée et rythmée dans les deux opus qui bénéficient d’une BO entraînante. Je fredonne encore Defenders of Anarchy !

Mais l’essentiel se situe dans le fait que St Trinian’s est une satire des extrémismes (félinisme, machisme, uniformisme…) et un hymne à la liberté sous toutes ses formes.

Alors su vous ne les avez encore jamais vus, foncez !! Pendant ce temps, je vais jeter oeil aux BD ! 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s